Ensemble paroissial de Bruguières-Fenouillet

Diocèse de Toulouse

Accueil > Actualités > Et si l'histoire de l'église de Gagnac m'était contée...
Et si l'histoire de l'église de Gagnac m'était contée...
Par cec**********.fr le 09/07/2024 21:54:08:00, cet article a été lu 6 fois.

Histoire de cette église au fil des siècles :


Par rapport aux autres églises du secteur paroissial, celle-ci est très récente.

 

En effet, elle a été construite de 1867 à 1869, lors de la création de la paroisse de Gagnac. Création officialisée par un décret impérial du 21 juillet 1866 et faisant suite à la séparation d’avec la paroisse de Fenouillet.

Car pendant 700 ans, Gagnac et Fenouillet ne formaient qu’une seule entité paroissiale, mais progressivement les relations entre les 2 villages s’étaient détériorées.

Ainsi, en février 1858, une pétition des habitants de Fenouillet proteste contre l’éloignement de l’église (de Fenouillet) et son insuffisance par rapport au nombre d’habitants. En 1861, le conseil municipal de Fenouillet propose de céder son église à Gagnac pour 20 000 F. Gagnac en demande au contraire 25 000 F,  pour la céder à Fenouillet !

Finalement, une demande officielle de séparation sera déposée en février 1862. Dans laquelle, Fenouillet offre 12 000 F à Gagnac pour racheter les droits de propriété de Gagnac sur l’église, le presbytère, le cimetière.

 

Comme il n’y avait pas assez d’espace pour implanter une église autour de la place du village, le maire, M. Derrouch, proposa gratuitement un de ses terrains au centre des 3 hameaux de l’époque : le village, la Beauté, la Hire. On y édifiera alors l’église, le presbytère et le cimetière avec une concession réservée pour le maire. L’église de Gagnac de style roman, présente des similitudes avec celle de Villemur. En effet, l’architecte toulousain Jacques Esquié est à l’origine de ces deux édifices.

 

Lors des inondations de 1875, étant proche de la Garonne, l’église a subi quelques dommages -  il y avait 1,30 m d’eau à l’intérieur  - qu’il a fallu réparer. Ce qui explique qu’elle ne sera consacrée par le cardinal Desprez, qu’en octobre 1885.

 

Elle est alors dédiée à Notre-Dame de l’Assomption.

 

Voici ce que l'on peut lire à son propos sur la monographie communale écrite en 1885 :" Cependant il n'y a que dix-huit ans seulement qu'elle compte un prêtre dans son sein. Antérieurement à cette date, elle n'était qu'une annexe de Fenouillet. Mais la brouille s'étant poursuite entre les deux communes à propos de préséance à l'église, la séparation a eu lieu.

La commune de Gagnac essentiellement et unanimement catholique a voulu avoir un édifice religieux lui appartenant en propre et, celui-ci édifié, un prêtre pour y célébrer le culte...Toute la population a, dans la mesure de ses forces et de ses moyens, contribué à la construction de cet édifice et certains particuliers ont fait preuve, en cette circonstance, de beaucoup de largesses et de piété....

En 1885, il était noté : "le prêtre réside sur les lieux mêmes et est vénéré par la population, pour peu qu'il soit affectueux et bon."

 

Cette église est un véritable petit monument remarquable par son style et sa beauté... Elle a certainement coûté une somme relativement importante, en-dehors même des dons multiples autres qu'en argent et des corvées volontaires auxquelles la population entière s'est soumise de grand cœur.

Elle est bâtie en style roman et le genre de sa construction rappelle à s'y méprendre aux édifices religieux du Vème siècle.

Cette église a fait l’objet d’une grande rénovation intérieure et extérieure de 2000 à 2001.

A la suite de la tempête en 2009, on a remis en place la croix de 180 Kg en haut du clocher qui était tombée.

 

 

 

Sources :

Archives Départementales de la Haute-Garonne

Histoire de Fenouillet par André Navelle Edition Association des parents d’élèves de Fenouillet 1980

Etude  des Compte-rendu du Conseil Municipal de Gagnac  par M. Raymond Pauliat de Gagnac